Dossiers santé

Découvrir les nutriments


1/ Le calcium

Le calcium fait parti des minéraux indispensables à la croissance osseuse mais également au bon fonctionnement musculaire et donc cardiaque.

L’absorption du calcium se fait au niveau intestinal grâce à 2 mécanismes. Un passage simple consistant au passage du calcium entre les cellules, c’est l’absorption passive, et un mécanisme actif. Le mécanisme actif fait intervenir de nombreuses molécules et est modulé par la vitamine D qui favorise ce passage et par la calcitonine, hormone thyroïdienne, qui le freine.

99% du calcium est stocké dans l’os, le pourcentage restant est présent dans le sang et dans les cellules et représente une réserve immédiatement mobilisable. La modulation hormonale de ses réserves permet d’obtenir un taux sanguin optimal pour permettre le fonctionnement normal des cellules musculaires et nerveuses. En fonction de l’état des stocks présents dans l’organisme le devenir du calcium va être différent :

  • Si le taux de calcium est trop élevé, la calcitonine va favoriser la fixation osseuse (stockage). En parallèle, elle va accélérer l’élimination rénale et diminuer l’absorption intestinale active.
  • Si le taux de calcium est trop bas, la parathormone (hormone parathyroïdienne) joue le rôle inverse de la calcitonine. Elle favorise le déstockage osseux du calcium afin de le mettre à disposition des cellules en nécessitant. Elle favorise également l’absorption intestinale en favorisant l’action de la vitamine D et limite les pertes urinaires.

Le calcium permet l’automatisme cardiaque ainsi que la conduction des messages nerveux. Au niveau musculaire, une augmentation de sa concentration intracellulaire permet la contraction, la diminution engendre une décontraction. Il joue également un rôle primordial dans la coagulation sanguine et dans l’entretien des os et des dents.

Le calcium est un anti-dépresseur, il améliore l’endormissement et aide à l’assimilation de la vitamine B12.

Il aide à soulager les symptômes prémenstruels et à atténuer les crampes dans les jambes durant la grossesse. Chez l’enfant, il contribue également à la gestion du poids.
Une hypocalcémie (taux de calcium sanguin trop bas) peut provoquer différents symptômes princialement neuromusculaires dont :

  • Des crampes musculaires (par déséquilibre entre l’intérieur et l’extérieur des cellules musculaires), des spasmes laryngés ou bronchiques pouvant mener à l’arrêt respiratoire
  • Des troubles cardiaques
  • Des crises de tétanie ainsi que des convulsions dans les formes les plus sévères
  • De la fatigue

Une hypocalcémie modérée peut cependant n’entraîner aucun symptôme.

Une hypercalcémie importante peut se traduire par :

  • Une asthénie générale et musculaire, une somnolence et des altérations de la conscience
  • Des calculs rénaux
  • Une anorexie, des nausées et vomissements
  • Une constipation
  • Une hypertension et une modification du rythme cardique

L’hypercalcémie modérée n’entraîne généralement que peu de symptôme (voir leur absence totale).

Le calcium se retrouve en grande quantité dans les produits laitiers, les petits poissons consommés avec les arêtes, les algues et les légumes. Associé à la vitamine D, présente dans les micro algues, son absorption passive est optimisée.

Retour en haut de page


2/ La chlorophylle

La chlorophylle est le pigment à l’origine de la photosynthèse qui donne leur couleur verte aux végétaux et aux micro algues bleu vert. Elle permet la transformation du CO2 en matière organique avec la libération d’O2.

La structure de la chlorophylle est très proche de celle de l’hémoglobine humaine. En effet, seul un atome différencie ses deux structures. L’atome central du « sang vert » est un atome de magnésium contre un de fer pour l’hémoglobine. Cette similitude architecturale confère à la chlorophylle des propriétés oxygénantes en stimulant la synthèse de l’hémoglobine.

La chlorophylle est également un antioxydant puissant reconnu comme protecteur des membranes des mitochondries contre les radicaux libres générateurs de stress oxydant.

Elle a également des actions anti inflammatoire et anti cancéreuse prouvées.

La chlorophylle permet une bonne fonction digestive en entretenant la fore intestinale. Elle régularise également le transit et soulage les ballonnements.

La chlorophylle est un puissant détoxifiant qui entrave l’absorption intestinale des métaux toxiques. Elle a également la capacité de se lier, au niveau sanguin, avec les produits toxiques et les métaux lourds afin de les éliminer.

La chlorophylle se retrouve dans tous les végétaux. En général, plus la teinte verte est prononcée, plus l’aliment sera riche en chlorophylle.

La chlorella est l’aliment naturel le plus riche en chlorophylle (2-4% de son poids sec). C’est ce pigment ainsi que la structure de la chlorella qui lui confèrent sa forte capacité détoxifiante.

Retour en haut de page


3/ Le fer

Le fer est un minéral essentiel au bon fonctionnement de notre organisme. Il est retrouvé en grande quantité dans les protéines animales et dans les légumineuses ainsi que dans les micro algues.

L’absorption du fer à lieu au niveau de la membrane des cellules intestinale. Elle fait intervenir de nombreuses hormones régulées en fonction du taux déjà existant. La totalité du fer est alors intégrée aux cellules intestinales. Une part est utilisée directement par la cellule, l’utilisation de la part restante est régulée par une hormone, présente dans le sang. Le fer atteint alors le foie, la moelle osseuse et la rate pour être stocké. Le fer est présent dans tout l’organisme. On le trouve à hauteur de 4g principalement dans les globules rouges et sous forme de réserve dans les cellules et le sang.

Il faut distinguer 2 types de fer : le fer héminique provenant des sources animales qui est environ 2.5 fois plus absorbable que celui non héminique (végétal). Généralement, seulement 2 à 10 % du fer est absorbé par l’intestin.

Il est important de noter que le fer circulant n’est pas uniquement d’origine alimentaire. Il existe un « apport » via le recyclage des globules rouges âgés ou anormaux.

Les pertes sont constituées par l’élimination urinaire, la transpiration et les menstruations chez la femme ainsi que par la chute des cheveux et la desquamation.

Le fer, atome central des globules rouges fixe l’oxygène et assure son transport. Il est également présent au sein des muscles.

Une diminution du taux de fer se traduit par une anémie c’est à dire une diminution du nombre de globules rouges. Elle entraine une fatigue, une diminution des performances physiques et de la force, un syndrome des jambes sans repos ainsi qu’une mauvaise régulation thermique. Elle peut également entraîner des altérations des capacités cognitives et donc du comportement, par  l’atteinte de certains neurotransmetteurs.

Le fer héminique est présent dans la viande, le poisson et les œufs. L’aliment courant en contenant le plus est le boudin noir poêlé puis, de façon générale, les abats. Le fer non héminique est lui représenté majoritairement dans le son de blé et le soja.

La spiruline, la spirulina Fe ainsi que la chlorella contiennent un taux extrêmement intéressant en fer, bien supérieur à tous les aliments courant.

Le fer de la spiruline est facilement absorbable et, bien que végétal, n’est pas soumis à la cascade de modification indispensable pour son absorption. 4 comprimés de spirulina Fe apportent 13mg de fer soit 92% des apports journaliers recommandés (AJR). La spirulina Fe constitue une alternative valable aux compléments traditionnels de la pharmacopée. Ce complément alimentaire naturel vous évitera les désagréments digestifs connus des compléments traditionnels tout en vous apportant tous les bienfaits de la spiruline !

Retour en haut de page


4/ L’iode

L’iode est à l’origine des hormones thyroïdiennes, c’est pourquoi il est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Tout l’iode nécessaire doit être apporté par l’alimentation ; en effet, le corps est incapable de le synthétiser.

90% de l’iode alimentaire est absorbé par l’intestin et stocké et utilisé par la thyroïde. Cette glande située dans le cou en contient environ 10mg.

Les apports sont très variables en fonction du lieu et du mode de vie (montagne, bord de mer…) ainsi qu’en fonction de l’alimentation (consommation ou non de produits de la mer, origine du sel de table…).

L’élimination de l’iode se fait par voie urinaire et digestive.

L’iode joue un rôle à de nombreux niveaux :

  • action sur la croissance et le développement dès le stade embryonnaire par différenciation et maturation des tissus fœtaux, développement du système nerveux central, croissance du squelette et de tous les organes.
  • augmentation du métabolisme de base : augmentation de la synthèse des protéines, hyperglycémiant, baisse du cholestérol et des triglycérides, création de chaleur
  • action sur le tube digestif, les muscles

Un excès d’iode peut entrainer une hyperthyroïdie responsable de symptômes à divers niveaux.

  • Symptômes cardiaques : augmentation et troubles du rythme cardiaque, augmentation du débit
  • Symptômes musculaires : hypotonie musculaire, décontraction rapide
  • Symptômes nerveux : nervosité, agressivité, hyperémotivité
  • Symptôme digestif : diarrhée

Au contraire, une carence en iode peut être à l’origine d’une hypothyroïdie entrainant les symptômes opposés.

  • Symptômes cardiaques : diminution du rythme cardiaque et du débit, ralentissement ou arrêt cardiaque
  • Symptômes musculaires : hypertonie musculaire, crampes, décontraction lente
  • Symptômes nerveux : apathie, ralentissement, dépression
  • Symptôme digestif : constipation


L’iode est particulièrement présent dans les produits de la mer (algues, poissons, crustacés, sel marin). Il est de plus présent dans le soja, les laitages, les œufs et la viande.

Retour en haut de page


5/ Le magnésium

Le magnésium, en synergie avec le calcium, participe activement à la contraction musculaire. Avec une action connue en temps qu’initiateur de plus de 300 enzymes, il est vital à de nombreux systèmes de notre organisme.

L’absorption et la fonction du magnésium sont très dépendantes des vitamines et minéraux. Les vitamine B6 et D sont par exemple nécessaires à l’assimilation du magnésium.

Pour un fonctionnement optimal dans l’organisme, le magnésium doit être en présence de calcium, de phosphore, de potassium et de chlorure de sodium. La concentration de chaque minéral est précisément régulée afin de permettre les propriétés de chacun.

L’assimilation qui a lieu au niveau intestinal se fait selon deux voies (à travers les cellules ou entre les cellules) et est régulée en fonction des besoins de l’organisme. Elle est augmentée lorsque les stocks sont diminués suite à des pertes importantes (un déficit chronique n’engage cependant pas ce mécanisme). L’état de la muqueuse intestinale et la composition du bol alimentaire influeraient également sur son absorption.

Le stockage du magnésium se fait presque totalement dans les cellules, principalement celles osseuses. On considère qu’1/4 des réserves est facilement utilisable en cas de besoins.

Le magnésium est doté de trois rôles principaux de structure, d’activation et de régulation de l’excitabilité neuromusculaire.

  • Structurel : Il permet le bon développement des os et des dents ainsi que la bonne architecture des membranes cellulaires. Il favorise la cohésion des tissus grâce à l’adhérence cellulaire et contribue à la stabilité de l’ADN.
  • Activateur : Le magnésium joue un rôle dans la production et le stockage d’énergie, la fabrication des protéines et de l’ADN.  Il limite la survenue du stress oxydatif et présente une action bénéfique sur le système immunitaire. Il diminue également la réaction inflammatoire.
  • Régulateur de l’excitabilité neuromusculaire : le magnésium à des effets opposés à ceux du calcium et permet une modulation de la transmission de l’influx nerveux, de la contraction musculaire et du rythme cardiaque. Il régule ainsi le tonus vasculaire, la vasomotricité ainsi que l’activité cardiaque et nerveuse. Au niveau cérébral il est généralement sédatif.

Au niveau cardio vasculaire ses propriétés sont globalement protectrices grâce, entre autre, à la réduction de la tension artérielle.

La carence magnésienne peut être amplifiée par une alimentation déséquilibrée, le stress, la pratique sportive intensive, des pathologies rénales et digestives.

Un déficit se traduit généralement par :

  • de la fatigue physique et psychique
  • des crampes, tétanies et tremblements
  • une sensibilité accrue aux infections, au stress (nervosité, troubles du sommeil)
  • des pathologies cardiaques, une accélération et une irrégularité du rythme
  • des troubles de la concentration et de la mémoire
  • une perte d’appétit, des nausées voir des vomissements

La surcharge en magnésium est extrêmement rare et n’intervient qu’en cas de pathologie. Elle peut induire un blocage des commandes nerveuses (diminution des réflexes, état de léthargie…) et un ralentissement du cœur.

Les aliments courants les plus riches en magnésium sont le cacao, les fruits oléagineux, les légumes secs, les céréales complètes et les coquillages et crustacés.

Le raffinage des céréales ainsi que l’agriculture intensive ont des effets négatifs sur les teneurs en magnésium des aliments. Les modes de cuisson dans un grand volume d’eau et à haute température font également diminuer cette teneur.

Retour en haut de page


6/ La vitamine D

La vitamine D est une vitamine présente dans les matières grasses. Son apport alimentaire est réduit (20%) par rapport à sa synthèse par l’organisme (80%).

Cette vitamine se compose en fait d’un ensemble de 5 molécules architecturalement proches (numérotées de 1 à 5). Les vitamine D2 (calciférol) et D3 (cholécalciférol) sont les plus connues et les plus représentées.

La vitamine D est absorbée au niveau de l’intestin en même temps que les lipides. Elle est stockée dans le foie, la peau, les reins, la rate, les muscles, le tissu adipeux et le sang.

Dans l’organisme, la vitamine D est le fruit de l’activation par la lumière de la provitamine. Au niveau de la peau, le 7-deshydro-cholestérol est irradié par les rayons UV puis transformé chimiquement au niveau hépatique et rénal.

De part sa nature liposoluble (soluble dans les graisses), l’élimination se fait par voie intestinale et non urinaire.

La vitamine D n’est pas sensible à la chaleur mais l’est à la lumière et à l’oxydation par l’oxygène.

Cette vitamine est connue pour son action minéralisante, en permettant la fixation du calcium et du phosphore sur les os et les dents. Elle stimule également l’absorption de ces deux minéraux au niveau intestinal et celle du calcium au niveau rénal.

La vitamine D prévient l’apparition du rachitisme chez l’enfant et la déminéralisation osseuse chez l’adulte. Elle est essentielle au bon fonctionnement neuromusculaire, cardiovasculaire (régulation cardiaque, coagulation sanguine) et immunitaire.

Une carence peut donner des signes neurologiques (retard mental …), biologiques (hypophosphorémie, hypocalcémie) et viscéraux (tétanie, augmentation du volume de la rate…) ainsi que des problèmes d’anémie, d’agitation, d’irritabilité et des douleurs musculaires. La carence est le plus souvent causée par un manque d’exposition solaire ou par un défaut d’absorption intestinale mais reste rare suite à un défaut d’apport alimentaire.

Un excès de vitamine D se traduit entre autres par des céphalées, une asthénie, des désordres alimentaires, une hypertension artérielle, des pathologies rénales.
On peut rencontrer une hypervitaminose en cas de prise simultanée de plusieurs traitements contenant de la vitamine D.

Les besoins journaliers varient en fonction de l’âge, du sexe mais également en fonction de la pigmentation de la peau. Une peau foncée aura besoin de plus d’UV pour synthétiser la même quantité de vitamine D qu’une peau claire. En Europe, on considère que 15 minutes d’exposition solaire avec les bras et les jambes nus permettent de synthétiser assez de vitamine D. Cette synthèse est possible grâce aux UV B ayant une longueur d’onde spécifique. En France ces rayonnements ne sont présents qu’entre mars et octobre. Il peut donc être intéressant de se supplémenter pendant les mois d’hiver lorsqu’on est un sujet à risque de carence.

La vitamine D3 est présente dans les produits animaux (huile de foie de poisson, poissons gras, jaune d’œuf, certains fromages…) et la D2 est d’origine végétale (champignons, céréales, légumes verts crus, huiles végétales…).

Retour en haut de page


7/ La vitamine B12

La vitamine B12 est une vitamine apportée par les produits animaux et présente en quantité dans la chlorella. Elle est essentielle à la bonne santé et doit être apportée par l’alimentation.

L’absorption de la vitamine B12 se fait dans la deuxième moitié de l’intestin. Son absorption est complexe car tributaire d’autres molécules et se fait en plusieurs étapes. La vitamine B12 est souvent liée aux protéines dans l’alimentation et s’en sépare en partie dans la bouche. Dans l’estomac et sous l’action de l’acide chloridrique, la vitamine se lie au facteur intrinsèque qui permet le transport jusqu’à l’iléon pour le passage dans la circulation sanguine. Dans l’organisme, la vitamine B12 est soit intégrée aux cellules nécessitant la vitamine, soit stockée dans le foie.

La vitamine B12 est hydrosoluble (soluble dans les liquides) ce qui permet son excrétion urinaire et par les selles.

La vitamine B12 participe à la synthèse de l’ADN et permet la formation des globules rouges et des cellules, elle est donc anti anémique. Elle à également un rôle au niveau du système nerveux au travers de la synthèse des neurotransmetteurs.

Une carence en vitamine B12 peut mener à une anémie. Elle se traduit par l’augmentation du volume des globules rouges et entraine une fatigue chronique, des troubles de la concentration et une faiblesse immunitaire. Elle peut être due à plusieurs facteurs tels : l’absence de facteur intrinsèque, une malabsorption de la vitamine B12 par l’intestin, une consommation trop importante de la vitamine par l’intestin, un régime carencé ou à des besoins augmentés.

Elle peut également être à l’origine de troubles nerveux (problèmes de coordination, trouble de la mémoire…), psychologiques et digestifs (constipation, diarrhée, inflammations du tube digestif…).

La carence en vitamine B12 est le plus souvent rencontrée chez les personnes ayant un régime alimentaire restrictif (végétarien, végétalien).

La vitamine B12 est principalement d’origine animale. On la retrouve dans les abats (foie), les crustacés, les poissons. Les aliments lacto-fermentés (choucroute) permettraient la production de vitamine B12 par les bactéries présentes dans l’intestin. Les aliments végétaux bruts ne contiennent donc pas de vitamine B12, hors mis pour les micro algues (chlorella, spiruline, AFA klamath…).

La chlorella est particulièrement riche en vitamine B12 biodisponible. Il est prouvé que la supplémentation est un moyen naturel pour les végétariens et les végétaliens d’obtenir la vitamine B12 dont ils ont besoin.

Retour en haut de page


8/ L’astaxanthine

L’astaxanthine est un pigment présent dans les animaux et végétaux présentant une coloration rouge (crevettes, krill, flamant rose…). Elle est retrouvée dans la chair du saumon sauvage et c’est elle qui lui permet de remonter les rivières afin de rallier la zone propice à sa reproduction. A l’échelle humaine, cela correspond à une épreuve de 150km de nage à contre courant.

L’astaxanthine présente une action anti oxydante extrêmement puissante. Elle joue un rôle dans l’élimination des radicaux libres et dans la capture de la forme de l’oxygène responsable de l’oxydation. Elle réduit les dommages liés au stress oxydatif sur le cœur et les vaisseaux sanguins.

L’astaxanthine a également une action sur le système cardio vasculaire. Elle permet l’amélioration du profil lipidique sanguin et promeut la santé artérielle.

L’astaxanthine est un anti inflammatoire, sans effet secondaire, qui fonctionne en  bloquant l’enzyme COX-2. Sa capacité à prévenir les douleurs musculaires et articulaires après l’exercice est démontrée. L’astaxanthine permet également l’augmentation de la résistance à l’épuisement lors d’exercices intensifs.

L’astaxanthine peut traverser la membrane de l’œil et a un impact sur ce dernier ainsi que sur la peau. Elle prévient la dégénérescence maculaire liée à l’âge, limite l’impact des écrans sur nos yeux et augmente les performances visuelles. Elle prévient également les coups de soleil, les rides, les taches cutanées…


En traversant la membrane séparant le sang du cerveau, l’astaxanthine protège notre système nerveux central en permettant une meilleure récupération après une attaque cérébrale et protège contre la maladie d’Alzheimer.

Retour en haut de page


9/ La phycocyanine

La phycocyanine est l’élément le plus noble de la spiruline. C’est un pigment bleu vert qui possède de nombreuses propriétés.

La phycocyanine est anti-inflammatoire. Elle a été reconnue comme l’une des molécules naturelles les plus prometteuses comme inhibitrice des enzymes pro inflammatoires Cox-2. Ces molécules sont impliquées dans les phénomènes d’inflammation et dans les douleurs associées lors de la dégradation des cartilages et des articulations.

Elle possède une activité antiallergique et d’immuno modulation. C’est le seul composé naturel efficace sur l’asthme. D’autre part, elle agit en inhibant la production des molécules de l’inflammation limitant ainsi leur libération et leurs effets sur les manifestations allergiques.

Elle est également anti-oxydante ce qui lui confère une activité neuro protectrice contre le stress oxydatif.

Enfin, elle stimule la libération d’érythropoïétine (EPO) et participe à la formation des globules rouges ; c’est un « dopant » naturel. Elle joue un rôle dans le transport de l’oxygène et donc dans l’oxygénation du muscle pendant l’effort.

La phycocyanine est présent à hauteur de 40mg/dose dans l’Elixir de spiruline Algorigin. La consommation de ce produit particulièrement dosé permet de profiter au maximum des bienfaits de la phycocyanine.

Retour en haut de page

algorigin-piliersbonnesante

Les piliers d'une bonne santé

L’alimentation est un pilier essentiel au maintien de la santé.

Spirulina Algorigin

Spirulina 1000 comprimés,
découvrez la qualité suisse au quotidien.

algorigin-besoins-specifiques

Une micro algue pour chaque profil

Découvrez quelles sont les algues les plus adaptées à votre besoin.

algorigin-ebook

Télécharger les ebooks santé

Téléchargez nos e-books santé et algues et restez informé.

Les dossiers Algues & Santé

Spirulina, Chlorella, Afa Klamath… découvrez toute la gamme Algorigin !

S’inscrire à la newsletter

En ce moment, un bon de réduction de 5€ est offert pour toute nouvelle inscription à la newsletter

guide-achat-spiruline

Votre guide Spiruline : 10 conseils pour faire le bon choix

Existe-t-il des spirulines de bonne ou mauvaise qualité ? Quels sont les critères pour choisir ? Pour tout comprendre sur la spiruline, saisissez votre email et recevez notre guide d’achat directement dans votre boite email !